24 juillet 2024

Media Foot DZ

La crédibilité en ligne

Cameroun – Algérie : Un big match sous couvert du « mal pour un bien » !

Par Mohammed Bellahsene

A l’approche du match barrage qualificatif au mondial Qatar 2022 lequel se jouera en aller et retour à titre de rappel, la pression ne fait que monter en puissance dans les camps des deux adversaires, camerounais et celui des verts.

Le rêve reste en tous cas permis chez les guerriers du désert comme chez les lions indomptables, mais une seule équipe passera. Ainsi va la loi du football à ce cap de la concurrence. Les coéquipiers de Ryad Mahrez ainsi que ceux de Vincent Aboubakar sont certainement conscients de la lourde mission finale qui les attend puisque mesurant pertinemment les fortes sensations populaires que peut drainer dès le compostage de son billet pour une coupe du monde et lors de sa participation à celle-ci naturellement. L’histoire des deux équipes en coupe du monde est là, présente. On veut faire mieux que précédemment et y aller le plus loin possible à l’occasion du Qatar 2022 qui se déroulera en automne cette fois-ci, et donc, dans des conditions qui paraissent d’ores et déjà spéciales tant sur le plan spectacle visuel que technique à tous les niveaux.

L’échec des deux équipes lors de la dernière CAN, l’une en tant que tenante du titre et l’autre comme pays organisateur, a, depuis, fait sensiblement bouger les choses au sein des deux formations. On n’a presque jamais vu pareil à ce niveau de la compétition et en un aussi petit laps de temps de surcroit. Comme de coutume dans pareils cas, la guerre psychologique se taille une bonne part avant la confrontation sur le terrain. Si les camerounais et sous l’influence du président de leur fédération, Samuel Etoo, ont joué la carte de l’éviction de l’entraineur portugais Toni Conceiçao jugé trop mou pour la tâche et le remplacement de ce dernier par l’ex-international Rigobert Song réputé plus incisif et plus proche des joueurs, on a plutôt opté pour un remaniement assez palpable au sein de l’effectif du côté des verts. Ayant bénéficié logiquement des circonstances atténuantes puisque tout avait bien fonctionné pour lui jusqu’à cette grosse contre-performance en CAN 2022, Djamel Belmadi, a été contraint à la revue des profils pour cerner l’effectif qu’il faut pour cette double confrontation voire même pour prendre part à la compétition mondial si qualification il y’a. Même si certains choix du sélectionneur national semblent surprenants de façon générale, il revient néanmoins à ce dernier la fonction de choisir selon des paramètres d’ordre technico-tactique ou autres facteurs de jeu bien particuliers.

Le dernier ratage en compétition continentale a quelque part poussé les deux parties à jouer la carte du « mal pour un bien ». Les camerounais voulaient bien se présenter dans la peau de champions d’Afrique pour prendre de haut tout adversaire dans le dernier virage menant à la coupe du monde, et les verts devaient bien descendre de leurs nuages pour amorcer avec la lucidité exigée la dernière ligne droite au mondial. Une atmosphère d’avant matchs, que ce soit de l’aller ou celui du retour, qui cédera certainement place à une autre ambiance lors des deux rencontres où d’autres données, de coaching surtout, viendront se greffer à tout moment à l’ensemble.

Ce seront sans doute deux confrontations qui retiendront le souffle, car les deux équipes ne se feront sûrement pas de cadeaux, et si on se taquine de temps à autre entre les deux camps avec tout ce qui résulte comme interactions via les réseaux, c’est juste pour diluer la forte pression qui va crescendo au fur et à mesure que l’heure du premier match s’approche. En filigrane, c’est aussi conséquence de ce nombre qui reste limité accordé au vieux continent pour un mondial. C’est l’autre match qui attend les africains pour lever cette injustice. Allez les Verts !