13 juillet 2024

Media Foot DZ

La crédibilité en ligne

CAN-2023 (Préparation) : Chaïbi, Amoura et Larouci livrent leurs impressions

La sélection nationale d’Algérie continue son stage de préparation pour la CAN-2023 à Lomé (Togo) où ça bosse très dur afin d’être prête pour le grand rendez-vous continental qui débutera le 13 janvier prochain dont l’entrée en lice des Verts est prévue pour le 15 du même mois face à l’Angola.

Ce mercredi après-midi, le milieu de terrain, Fares Chaïbi, l’attaquant Mohamed Amine Amoura et le latéral gauche, Yasser Larouci se sont exprimés à la presse.

Le joueur de Francfort est revenu sur les conditions dans lesquelles se déroule ce stage qui sera ponctué, rappelons le par deux match amicaux face au Togo et le Burundi.

« Le stage de se déroule bien ici à Lomé. Nous bénéficions de tous les moyens pour la réussite de notre préparation. C’est important pour nous, ainsi que pour le coach, de se retrouver dans des conditions qui seront similaires à celles en Côte d’Ivoire, notamment au niveau climatique », a déclaré Farès Chaïbi.

De son côté, l’attaquant des Verts, Amoura a exprimé sa déception par rapport à son absence lors du premier match de la CAN face à l’Angola pour suspension. « Je suis déçu de ne pas pouvoir participer à la première rencontre de la CAN. Après, c’est le destin. Il reste encore beaucoup d’autres matchs à disputer dans cette CAN et j’espère apporter un plus à la sélection inch’Allah ».

Enfin, le latéral gauche de Sheffield United, Yasser Larouci qui va disputer sa toute première coupe d’Afrique s’est montré heureux de faire partie des joueurs qui vont représenter le pays durant cette compétition. « Ça me fait plaisir d’être là. C’est ma première CAN. Je suis content de pouvoir y participer. On donnera le maximum pour le peuple et bien représenter le pays », a-t-il indiqué, avant d’ajouter : « On a bien été accueilli. On est dans un bon hôtel. Après, pour les conditions climatiques, il fait très chaud avec beaucoup d’humidité. Mais on doit s’adapter, surtout qu’il s’agit sûrement des mêmes conditions que nous allons rencontrer en Côte d’Ivoire ».