25 juillet 2024

Media Foot DZ

La crédibilité en ligne

CAN-2023 (Gr. D) : Bouaké se met à l’heure du tournoi continental

L’arrivée des équipes mauritanienne, burkinabé, et angolaise jeudi soir à Bouaké en Côte d’Ivoire, précédée mercredi par celle de l’équipe algérienne, a permis à la capitale du district de la Vallée du Bandama, ville hôte du groupe D, d’entrer de plein fouet dans l’ambiance de la 34e édition du rendez-vous continental (13 janvier-11 février).

L’aéroport de Bouaké a vibré jeudi soir au rythme des tam-tam et de danses de groupes folkloriques, venus à l’accueil des délégations de la Mauritanie, du Burkina Faso, et de l’Angola.

Considéré comme le principal concurrent de l’Algérie pour la tête du groupe D, le Burkina Faso, dirigé sur le banc par le technicien français Hubert Velud, a été accueilli par des milliers de supporters tant de la diaspora burkinabè que les nombreux autres qui ont effectué le déplacement depuis le Burkina, pays voisin de la Côte d’Ivoire.

Classée 57e mondiale dans le dernier classement de la fédération internationale (FIFA), la sélection du Burkina Faso enregistre sa treizième participation à une phase finale de la CAN. Son meilleur parcours de cette épreuve continentale remonte à 2013, lorsqu’elle avait brillamment atteint la finale en Afrique du sud, avant de s’incliner contre le Nigeria (1-0).

Avant de se rendre à Bouaké, les « Etalons » ont choisi les Emirats arabes unis pour affûter leurs armes, avec au menu deux tests amicaux : face à l’Iran (défaite 2-1) et devant la RD Congo (victoire 2-1).

De leur côté, les joueurs mauritaniens ont foulé le sol ivoirien avec de grandes ambitions, celles de faire mieux que les deux premières participations de leur histoire, eux qui ont un bilan de quatre défaites et deux nuls.

L’objectif est de gagner le premier match à la CAN, sous la conduite du technicien comorien Amir Abdou, qui avait mené les Comores à une sensationnelle qualification pour les 1/8es de finale lors de la dernière CAN-2022 au Cameroun pour leur première participation.

« Nous allons affronter l’Algérie lors du dernier match du premier tour, ce sera en guise de dessert. L’Algérie est une grande équipe, ce sera un match sous le signe de la fraternité entre les deux peuples », a réagi à la presse le président de la Fédération mauritanienne (FFRIM) Ahmed Yahya.

Avec désormais plus d’expérience dans les bagages, les « Mourabitounes » se positionnent en outsiders dans ce groupe D.

Les coéquipiers de Hemeya Tanjy sont allés se préparer dans la ville tunisienne de Tabarka. Ayant réussi à tenir en échec la Tunisie en amical au stade Radès (0-0), les Mauritaniens se sont rassurés par la suite en battant le club suisse d’Yverdon Sport (4-1), où évoluent les deux internationaux algériens le défenseur Haytham Loucif et l’attaquant Aymen Mahious.

L’Angola, dernier pensionnaire du groupe D à rallier Bouaké tard dans la soirée, signe son retour au tournoi continental, après avoir brillé par son absence lors de la précédente édition au Cameroun.

Dirigée sur le banc par le Portugais Pedro Gonçalves, la sélection angolaise s’est déplacée amoindrie par l’absence de son attaquant M’Bala Nzola (Fiorentina/Italie), qui a décliné la convocation, préférant se consacrer à son club.

Les « Palancas Negras » ont effectué leur stage précompétitif à Dubaï aux Emirats arabes unis, disputant deux matchs amicaux face à la RD Congo (0-0) et au Bahreïn (3-0).

L’Angola, dont le meilleur parcours à la CAN est d’avoir atteint les quarts de finale en 2008 et 2010, entamera le tournoi en affrontant l’Algérie, lundi au stade de la Paix à Bouaké (21h00, algérienne).

L’équipe algérienne a ouvert le bal, en rejoignant Bouaké 24 heures avant ses adversaires du groupe D, en provenance de Lomé (Togo), où elle a effectué un stage de dix jours, ponctué par deux tests de préparation : face à l’équipe du Togo, composée de joueurs locaux (3-0), et devant le Burundi (4-0).

Ainsi, la ville de Bouaké se met définitivement à l’heure africaine avec la présence de l’ensemble des quatre équipes composant le groupe D de cette 34e édition. Place désormais au spectacle sur le terrain et dans les gradins.

APS