5 mars 2024

Media Foot DZ

La crédibilité en ligne

L’EN en pleine mutation en prévision de la double confrontation contre le Niger

Après une année 2022 marquée par de grosses désillusions avec une élimination au premier tour de la CAN au Cameroun, et une autre en barrages du Mondial 2022, l’équipe nationale a entamé ce lundi un stage avec un nouvel état d’esprit en vue de la double confrontation face au Niger, les 23 et 27 mars, comptant pour les 3e et 4e journées (Gr.F) des qualifications de la CAN-2023 (reportée à 2024).

Comme il fallait s’y attendre, le sélectionneur national Djamel Belmadi a exécuté son plan de reconstruction en faisant appel à six nouveaux joueurs pour la première fois depuis son arrivée en août 2018 en remplacement de Rabah Madjer.

Il est vrai que les deux échecs concédés l’année dernière ont poussé Belmadi à rebâtir une équipe en proie au doute. La nécessite d’insuffler un nouveau sang est devenue alors importante, sinon vitale pour relancer la sélection algérienne et la positionner sur une nouvelle orbite face aux échéances internationales qui l’attendent.

Ainsi, les Kévin Gitoun (SC Bastia), Zinédine Belaïd (USM Alger), Jaouen Hadjam (FC Nantes), Ryan Aït-Nouri (Wolverhampton), Farès Chaïbi (Toulouse FC), et Badreddine Bouanani (OGC Nice), vont fouler pour la première fois le terrain du Centre technique national (CTN) de Sidi Moussa, avec l’objectif de décrocher une place de titulaires et bousculer,  »pourquoi pas ? », la hiérarchie.

En revanche, la convocation de ces jeunes capés a contraint le coach national à se passer du service de plusieurs joueurs-cadres, à l’image du gardien de but Raïs M’bolhi, Hocine Benayada, ou encore Saïd Benrahma.

« Je ne peux pas dire si ces nouveaux joueurs vont réussir ou non, je ne suis pas dans l’art de la divination. Il y a eu une première étape qui consistait à faire venir ces éléments. Ils ont accepté et ça me touche. La seconde étape est de savoir comment chacun va évoluer. J’espère que tout le monde sera un joueur important pour l’équipe nationale. Je n’ai aucune certitude », a indiqué le coach national lors de la conférence de presse tenue dimanche à Sidi Moussa.

Belmadi a entamé son processus de reconstruction, sans pour autant remettre en question le travail accompli auparavant qui avait permis aux « Verts » de remporter la CAN-2019 en Egypte.

Mais l’objectif dans l’immédiat est de sceller la qualification pour la CAN-2023, dont la phase finale aura lieu en Côte d’Ivoire, et cela passe fatalement par deux victoires : jeudi au stade Nelson-Mandela de Baraki (22h00) et lundi prochain au stade Hamadi Agrebi de Radès à Tunis (17h00). Le stade du Général Seyni-Kountché de Niamey n’étant pas homologué par la Confédération africaine de football (CAF).

APS