24 mai 2024

Media Foot DZ

La crédibilité en ligne

Himad Abdelli (Angers) veut rejoindre la sélection algérienne

Le milieu de terrain franco-algérien d’Angers SCO (France), Himad Abdelli, n’a pas caché son ambition de rejoindre la sélection algérienne, soulignant qu’il était prêt à « tout faire » pour y parvenir.

« Déjà être appelé une fois. Ensuite, à moi de montrer au coach de quoi je suis capable et y rester. Lors de la première partie de saison, je savais que je n’allais pas être appelé parce que je ne jouais pas beaucoup avec le coach Baticle. Je fais tout pour être appelé en juin parce que je joue régulièrement et je fais quelques bons matchs parfois », a indiqué Abdelli dans un entretien accordé vendredi au magazine Onze Mondial.

D’autre part, Abdelli n’a pas caché son admiration pour l’ailier droit de Manchester City et capitaine de l’équipe nationale Riyad Mahrez. « En ce moment, Riyad Mahrez, c’est la légende africaine pour moi. J’aime aussi Haaland, c’est un monstre devant le but. Manchester City, c’est très fort ».

Formé au Havre, Abdelli (23 ans) avait rejoint la formation angevine en 2022 pour un contrat de quatre saisons. Il explique son choix d’opter pour Angers, relégué en Ligue 2 amateur, à deux journées de l’épilogue.

« Pourquoi Angers ? parce que c’est un club de Ligue 1, déjà. Le Havre m’avait parlé d’une prolongation, mais je n’ai pas reçu d’offre, donc j’ai signé à Angers, le club parfait pour franchir l’obstacle entre la Ligue 2 et la Ligue 1. Des doutes ? Non, parce que je suis sûr de mes qualités, sûr de moi. Je ne doute jamais. Des regrets ? Beaucoup de gens me parlent de ça, mais découvrir la Ligue 1, déjà, c’est beau. C’est l’élite du football français », a-t-il ajouté.

Et d’enchaîner sur le parcours chaotique d’Angers SCO cette saison : « Oui, on va dire que dans mon début de carrière, j’aurai tout connu en une saison. Je ne peux que prendre de l’expérience avec ce qu’il se passe ici. C’est un mal pour un bien, ça va me servir plus tard ».

Enfin, Abdelli a affirmé qu’il avait « toujours pensé du côté de l’Algérie« , en dépit de l’origine martiniquaise côté maternel. « Mon père est Algérien, ma mère Martiniquaise, mais je me sens un peu plus Algérien. J’ai toujours penché du côté de l’Algérie. J’aimais plus l’Algérie que la Martinique. C’est comme ça, ça ne s’explique pas (sourire). Je suis déjà allé en Algérie une fois, mais j’étais petit. Je ne m’en souviens pas vraiment. Je suis souvent avec Nabil Bentaleb, mon père, mon grand-père, on parle beaucoup de l’Algérie. Avec Nabil, on parle de la sélection. Avec mes parents, on parle aussi du foot africain ». a-t-il conclu