26 février 2024

Media Foot DZ

La crédibilité en ligne

CAN-2023 | Algérie – Burkina Faso : Mandi, Bensebaïni et Feghouli livrent leurs impressions

Déclarations de joueurs de l’équipe algérienne, recueillies par l’APS en zone mixte organisée avec la presse, vendredi après-midi au Lycée classique de Bouaké, à la veille du match Algérie-Burkina Faso, samedi au stade de la Paix (15h00, algérienne), comptant pour la 2e journée (Gr.D) de la Coupe d’Afrique des nations CAN-2023 (reportée à 2024) en Côte d’Ivoire (13 janvier- 11 février) :

Aïssa Mandi : « Ce sera un match très compliqué face à une bonne équipe burkinabè. En présence de l’Angola et de la Mauritanie, nous sommes dans un groupe très homogène. Le sélectionneur insiste souvent à dire qu’il n y a pas de petites équipes en Afrique, on le voit avec cette CAN. L’état d’esprit est bon. Nous avons fait des choses moins bonnes face à l’Angola, à nous de corriger nos insuffisances, toute en s’appuyant sur les bonnes choses réalisées. On ne doit pas baisser les bras, on est motivés plus que jamais pour aller chercher un bon résultat. On ne se pose pas de question sur l’horaire de la rencontre, on s’est préparés pour ça, cela fait longtemps qu’on le sait, ce n’est pas le moment de se plaindre de la météo, de l’horaire, ou du terrain, le plus important est d’être prêts ».

Ramy Bensebaïni : « On aurait aimé gagner le premier match face à l’Angola (1-1), on avait la possibilité de tuer le match en première période, mais on a manqué de réussite. Maintenant, nous sommes concentrés sur le match face au Burkina Faso, qui sera difficile, le plus important et d’être prêts et à la hauteur de ce rendez-vous important. Il règne un excellent état d’esprit au sein du groupe, on sait ce qu’on doit faire samedi. Le Burkina Faso est une vieille connaissance pour nous, on connaît leurs forces et faiblesses. Pour ce qui est du fait de jouer à 14h00 en pleine chaleur, ça ne nous pose aucun problème, nous avons déjà joué un match amical à Lomé à cette heure-ci. Nous remercions les supporters qui ont fait le déplacement à Bouaké pour nous soutenir dans ces moments, à nous de leur procurer de la joie demain. Dans un registre personnel, le fait d’être sous la menace d’une suspension (il a été averti au premier match, NDLR), ne constitue nullement une pression pour moi, mais je dois être vigilant ».

Sofiane Feghouli : « La pression est toujours présente, je joue en sélection depuis 2011, j’ai de la pression quand je joue pour l’Algérie, je sais la responsabilité qu’on a vis-à-vis du peuple, c’est ce que j’essaye de transmettre à mes coéquipiers. Il y a beaucoup de motivation au sein de l’équipe, nous avons analysé ce qui n’allait pas, ce qui était bien, il va falloir mouiller le maillot demain. Ce n’est pas un obstacle de jouer à 14h00, quand tu portes ce maillot, il faut jouer à n’importe quelle heure. Lors du premier match face à l’Angola, nous avons réalisé de bonne choses et moins bonnes, on a analysé ça calmement, à froid, on a travaillé sur ce qu’on peut faire de mieux. Samedi, il y aura 11 joueurs algériens qui vont se battre, avec la qualité qu’il y a, il n y a pas de raison de ne pas viser les trois points. Cette CAN est un peu surprenante, il y a eu beaucoup de résultats inattendus, mais je ne suis pas surpris, car ces derniers années il y a plus de niveau et de rigueur en Afrique ».