24 mai 2024

Media Foot DZ

La crédibilité en ligne

Abdelaziz Benhamlat : « La JSK est une partie de ma vie »

Dans un entretien accordé à « Mediafootdz », l’ex joueur de la JSK et de l’équipe nationale Abdelaziz Benhamlat, est revenu sur pas mal de sujets notamment son passage a la JSK, ses consécrations et le lien fort qu’il a avec le club. C’etait aussi l’occasion d’évoquer la situation du football national.

 

Bonsoir Aziz, quelles sont vos nouvelles ?

Azul ! Je vais bien hamdoullah malgré les durs moments qu’on a passé à cause du COVID-19

Que devient Aziz ?

Bon je suis en France depuis un bon moment, je suis avec ma famille, je me focalise sur mes projets et mes affaires.

Vous faites partie des rares joueurs qui ont passé plusieurs années à la JSK, vous êtes resté fidèle durant presque toute votre carrière, avec du recul, comment expliquez-vous cela ?

La JSK pour moi c’est plus qu’un club de football, j’ai atterri dans ce club à l’âge de 17 ans et j’ai passé 14 ans avec les jaune et vert. Ce club était une partie de ma vie, il m’avait permis de donner une dimension a ma carrière et m’a ouvert les portes de gloire et de consécrations. Je suis un kabyle dans le sang et la JSK représente tout pour moi, malgré les contacts que j’avais reçus, j’avais un attachement spécial pour ce grand club. Je l’ai quitté en allant jouer au MCA, et le jour où on devait jouer contre la JSK, j’ai refusé de jouer parce que je ne pouvais pas affronter le club qui m’a fait agrandir.

Vous faites partie des meilleurs joueurs qui ont une riche expérience mais on vous a pas encore revu sur la touche, est ce qu’il y a une volonté de votre part de capitaliser cette riche expérience de joueur pour entamer une carrière de coach, formateur ou prospecteur ?

Oui pourquoi pas ! J’ai déjà entamé mes formations mais j’ai arrêté, je compte les reprendre incessamment parce que le football moderne a vraiment besoin de compétences et de bagages pour pouvoir apporter sa touche malgré la riche expérience que j’ai en tant que joueur, mais je n’écarte pas l’idée de retourner sur les terrains avec un autre costume.

Vous avez fait partie des meilleurs joueurs dans votre poste, a savoir lateral gauche, qu’est-ce qui vous a empêché de faire une très grande carrière avec l’équipe nationale ? 

J’ai participé à la coupe d’Afrique des nations en 1998 et 2000, je comptabilise 38 sélections, j’aurais pu aspirer à mieux mais dans l’ensemble je peux dire que c’était satisfaisant.

Aziz, êtes-vous d’accord pour dire que l’ingratitude existe dans le football ?

Beaucoup même, l’ingratitude à pris de l’ampleur malheureusement, on t’oublie dès qu’on n’a plus besoin de toi ou lorsque tu passes par des périodes difficiles. Ça fait mal au cœur surtout lorsque tu laisses ton empreinte quelque part, mais la vie est ainsi faite.

En 2008 vous étiez adjoint de Saib et c’etait l’année du dernier titre mais ce passage a connu quelques turbulences. Que pouvez vous nous dire là-dessus ?

On avait passé une saison extraordinaire à la clé le titre de champion. Logiquement, le staff de l’époque devait rester le plus longtemps possible vu le parcours exceptionnel réalisé, mais malheureusement en fin de saison, des choses extra-sportives se sont passées, dommage, mais malgré tout ça reste une saison remarquable.

Comment vous avez vécu le depart par la petite porte de MCH ?

Sincèrement Moh Cherif Hannachi ne méritait pas de quitter la JSK d’une façon pareille vu ce qu’il a donné pour le club. Personnellement je le connais parfaitement, j’ai passé plusieurs années avec lui et on a gagné des titres a l’echelle locale et continentale, certes ces dernières années il a commis des erreurs, il devait donc qu’il quitte ne club par la grande porte, mais qu’on le veuille ou pas, il reste un monument du football national.

Parlez nous un peu de la JSK de votre époque et celle d’aujourd’hui..

La différence c’est que lorsqu’on jouait à notre époque, il y avait cette envie et motivation malgré le peu de moyens, mais maintenant la donne a changé, le joueur ne privilégie pas trop le volet sportif comme à notre époque où nous avons pu rafler beaucoup de titres. La stabilité aussi demeure un facteur essentiel qui fait défaut actuellement.

Qu’est-ce que vous pensez de l’actuelle équipe dirigeante de la JSK depuis qu’ils sont à la tête du club ?

Franchement il y avait du bon et du moins bon. Le président actuel n’a pas vraiment tenu à tous ses engagements et promesses, il doit se rendre compte que la JSK est un club pas comme les autres et que ses supporters connaissent parfaitement le football et restent le capital du club.

Quel regard portez-vous sur le fonctionnement du football algérien d’une manière générale ?

Sincèrement c’est l’échec total ! Nos clubs dits professionnels n’ont rien démontré et ne sont pas prêts à assumer ce statut de club professionnel. Il faut tout revoir et repartir a zéro avec de bonnes bases en se focalisant sur les compétences et les ressources humaines, des joueurs avec des salaires faramineux mais leur niveau technique laisse à désirer. Vivement un changement radical et surtout mettre a disposition les infrastructures nécessaires qui vont tirer notre football vers le haut.

En tant qu’ancien international, que pensez vous de Djamel Belmadi et son parcours jusqu’à maintenant ?

Djamel Belmadi a vraiment révolutionné l’équipe nationale et il a apporté sa touche, il a su galvaniser les joueurs et leur redonner la confiance et l’envie de jouer qui leur manquait, meme lorsqu’il etait joueur c’etait un gagneur, tout le mérite lui revient.

Quel est votre avis sur Bensebaini comme lateral gauche durant la CAN, alors que son vrai poste c’est défenseur central ?

Ramy jouait dans l’axe il a un bon pied gauche, il est technicien, il defend bien, c’est pour ça ils l’ont mis a gauche, même moi j’ai connu ça en cadet, j’étais libéro, et c’est Benzekri qui m’a lancé en latéral, j’avais un bon coup de pied et je défendais bien, suffisant pour jouer dans ce registre, voila donc Bensebaini est bien là oú il est, il rend service surtout que dans l’axe les places sont cheres (Mandi et Benlamri) donc voilà, Ramy est un tres bon joueur qui va encore progresser et donner pour la sélection.

Un dernier mot pour les supporters Kabyles..

D’abord je vous remercie pour votre intérêt, je souhaite le retour de la grande JSK et je veux passer un grand bonjour aux supporters qui sont et resteront toujours dans mon cœur, un salut spécial à tous les gens de Michelet et du village Taourirt Menguellet. À bientôt inchallah.

Entretien réalisé par Ali Ait Si Amer